Home / NEWS  / in French  / La coalition a frappé contre Deir ez Zor || Actualités du jour, le 4 janvier

La coalition a frappé contre Deir ez Zor || Actualités du jour, le 4 janvier

Un nouveau passage de navires ukrainiens par le détroit de Kertch avec des observateurs internationaux était en train d’être préparé, a communiqué le conseiller du président ukranien Iouri Biriukov. Il a informé que Kiev avait le droit de « passer librement » de mer Noire en celle d’Azov et vice-versa, relate RIA « Novosti » avec la référence à la chaîne Newsone. « Oui, nous continuerons le faire, si cela plaît aux Russes ou non », — a-t-il dit. Selon lui, les marins ukrainiens seront accompagnés d’observateurs internationales. Rappelons que le secrétaire du Conseil de sécurité et de défense nationale de l’Ukraine Alexandre Tourtchinov avait déclaré que Kiev envisageait d’effectuer un nouveau passage des navires ukrainiens par le détroit de Kertch.

2 Syrie

Une frappe aérienne de la coalition internationale dans le gouvernorat syrien de Deir-ez-Zor a fait 11 morts d’une même famille, informe RIA « Novosti ». La frappe a été menée contre des maisons dans le village d’Al-Chaafa. Rappelons que les civils sont souvent victimes des frappes de la coalition internationale en Syrie. Ainsi, en décembre dernier, suite à une frappe à Deir-ez-Zor 17 civils avaient été tués.

3 Etats-Unis – Syrie

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé le début de retrait des militaires américains de Syrie. Il a ajouté que les Etats-Unis continueraient de contrecarrer l’activité de l’Iran au Moyen-Orient et feraient tout le possible pour « assurer la stabilité à travers le Moyen-Orient ». « Nous continuerons de travailler sur la réalisation de ces objectifs. Nous le ferons tout simplement quand nos troupes ne seront plus en Syrie », — a déclaré le secrétaire d’Etat américain. Pompeo a également souligné l’importance d’assurer la sécurité des minorités religieuses en Syrie et d’empêcher des affrontements entre les forces turques et kurdes. « Tous ces objectifs font encore partie de la mission américaine », — a conclu le chef du Département d’Etat.

4 Etats-Unis

Ce jeudi, le premier jour de travail de la 116e chambre des représentants du congrès américain, le Parti démocrate a fait passer des projets des lois qui permetteraient de reprendre le travail du gouvernement, communique « Interfax ». Les députés ont notamment voté pour le financement de l’activité du ministère de sécurité intérieure jusqu’au 8 février 2019. D’ici là, le congrès entend trouver un compromis sur la protection de la frontière américaine contre la migration illégale. Maintenant les projets des lois doivent être approuvés par le Sénat, où la pluparts des sièges appartiennent aux républicains. Rappelons que le travail du gouvernement américain avait été partiellement suspendu depuis la minuit du 22 décembre à cause du manque de financement. La pierre d’achoppement était devenue la construction d’un mur sur la frontière avec le Mexique demandée par le président des Etats-Unis Doland Trump.

5 Brésil

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré que la coopération militaire entre la Russie et le Venezuela était inquiètante, et il n’exclut pas, partant, le déploiement d’une base militaire américaine dans son pays. « La Russie a mené des manoeuvres au Venezuela », — le cite TASS qui se réfère à SBT. Bolsonaro n’a pas exlu qu’il pourrait discuter avec Washington l’ouverture d’une base militaire des Etats-Unis « en dépéndance de ce qui va se passer dans le monde ». Il a souligné qu’un tel déploiement serait « symbolique », parce que « les capacités des forces armées des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie atteignent tous les coins du monde, indifféremment de la base ». Bolsonaro a déclaré que son « rapprochement avec les Etats-Unis est une question écomonique, mais elle pourrait être également celle militaire ». Le président n’a pas exclu que son pays et les USA « pourront conclure un accord dans ce domaine ».

6 Allemagne – Russie

Le chargé des rapports avec la Russie dans gouvenement allemand Dirk Wiese a déclaré qu’en 2019 les relations entre les deux pays connaitraient une aggravation brutale, informe RIA « Novosti ». Selon lui, cela s’explique par le fait qu’en 2018 Moscou aurait démontré une politique extrêmement imprévisible. En outre, le politique croit que c’est lié à la « responsabilité de la Russie d’un nombre d’incidents, qui ont eu lieu en 2018 à travers le monde ». « Nous avons eu affaire à l’empoisonnement de l’ex-espion Skripal. Ensuite Moscou a vissé la spirale de la course aux armements – le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire peut être annulé. Et nous aurons aussi à travailler intensivement sur ce sujet durant cette année. Et, bien sûr, je me souvens de la démonstration de force dangeureuse dans la mer d’Azov. C’est pourquoi je déclare que les relations avec la Russie vont s’aggraver dans cette année aussi », — a expliqué Wiese.

Ivan Ignatiev, spécialement pour Anna News

ПОДЕЛИТЬСЯ


ВАШ КОММЕНТАРИЙ БУДЕТ ПЕРВЫМ

Оставьте Ваш комментарий (регистрация не требуется)