La Corée du Nord a effectué des tirs d’essai de missiles

  
0

L’agence centrale de presse nord-coréenne a dévoilé les détails des tirs de missiles du 31 juillet. Selon l’agence, des responsables, des scientifiques et des ingénieurs nord-coréens avaient fièrement dirigé le «premier lancement d’essai d’un nouveau type de missile guidé», qui «jouera un rôle majeur dans les opérations militaires au sol». Et de poursuivre que le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, qui était satisfait des résultats du test, a personnellement guidé les «lancements d’essai à partir du système de missiles polyvalents de gros calibre récemment mis au point». Au cours des lancements, ont été vérifiées les données tactiques, les caractéristiques techniques du nouveau «missile de gros calibre», ainsi que «l’efficacité au combat de l’ensemble du système de missiles». Selon Kim Jong-un, la nouvelle arme deviendra un «désastre imminent» pour les ennemis de la Corée du Nord.

À l’initiative de la partie américaine, le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) signée le 8 décembre 1987 à Washington par l’URSS et les États-Unis cesse d’avoir effet à partir du 2 août 2019, selon le ministère russe des Affaires étrangères. Auparavant, le vice-ministre de la diplomatie russe, Sergueï Riabkov, avait déclaré que la Russie avait envoyé aux États-Unis et à l’Otan des propositions tendant à instaurer un moratoire sur le déploiement de missiles à moyenne et courte portée, similaire à ceux annoncées précédemment par Vladimir Poutine qui à son tour avait fait savoir que la Russie s’abstiendrait de déployer des systèmes similaires jusqu’à ce que l’Europe n’en a pas de missiles américains de ce type. Aujourd’hui, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a officiellement confirmé le retrait de Washington du traité FNI.

Une frappe aérienne effectuée par la coalition saoudienne contre des positions des rebelles houthis dans le nord du Yémen a coûté la vie à au moins 10 civils, dont des enfants, a rapporté l’agence Associated Press. Les avions de la coalition ont attaqué la province de Saad contrôlée par les Houthis. Selon leur service de santé, 27 personnes ont été blessées.

Les autorités syriennes ont convenu d’un cessez-le-feu dans la zone de désescalade d’Idlib à partir de la nuit du 2 août. Selon les médias syriens, Damas a accepté cette mesure sous réserve du respect par les parties des termes de l’accord de Sotchi, qui prévoit notamment le retrait des armes lourdes. Damas insiste également sur le retrait des radicaux à 20 km de la frontière de la zone de désescalade. La délégation de l’opposition syrienne lors des négociations à Noursoultan a accepté une trêve. Cependant, les terroristes du groupe de Hayat Tahrir al-Cham (interdit en Russie), qui contrôle la majeure partie du gouvernorat, n’ont pas réagi à l’initiative de Damas. Pour rappel, récemment, la situation à Idlib s’est sensiblement aggravée, les terroristes ayant intensifié les pilonnages contre des localités syriennes et tenté de s’emparer de nouveaux territoires. Ainsi, fin juillet, huit localités ont été pilonnées depuis Idlib.

Des exercices opérationnels à grande échelle de la marine russe «Ocean Shield-2019» ont débuté en mer Baltique, selon le ministère russe de la Défense. Les manœuvres, qui dureront du 1er au 9 août, impliqueront 49 navires et bateaux de combat, 20 navires de soutien, 58 aéronefs de la marine et des Forces aérospatiales russes, ainsi que plus de 10.000 militaires. Au cours des exercices, il est prévu de vérifier si les forces navales sont prêtes à protéger les intérêts nationaux et à développer «des compétences en matière de gestion des forces de la flotte».

L’armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, a lancé la deuxième phase de l’offensive sur la capitale libyenne de Tripoli, a rapporté RIA Novosti citant la déclaration du député libyen Tobruk Ali al-Qaidi. Auparavant, la première phase de l’offensive avait été annoncée une réussite. Pour rappel, Khalifa Haftar a ordonné le 4 avril une attaque sur Tripoli afin de «se libérer des terroristes». Les forces armées fidèles au gouvernement d’Accord national à Tripoli ont annoncé le lancement de l’opération de réponse baptisée «Le volcan de la colère». Selon l’Organisation mondiale de la santé, à la suite des combats à Tripoli, près de 1.050 personnes sont mortes et plus de 5.500 personnes ont été blessées.

Если вы нашли ошибку, пожалуйста, выделите фрагмент текста и нажмите Ctrl+Enter.

Для того чтобы оставить комментарий, регистрация не требуется


Читайте нас на
Присоединяйтесь к нам на нашем канале!

Читайте также:

ANNA NEWS радио
ANNA-NEWS Радио
ANNA-NEWS Включить радио ANNA-NEWS Выключить радио
ANNA-NEWS Радио
ANNA-NEWS Радио
Наверх Наверх

Сообщить об опечатке

Текст, который будет отправлен нашим редакторам: