Les pertes du Venezuela s’élèvent à 130 milliards de dollars

  
0

Lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a eu lundi à l’initiative de la Russie et a été consacrée à la discussion de la loi «sur le fonctionnement de la langue ukrainienne» adoptée en Ukraine, la majorité des membres du Conseil de sécurité n’a pas soutenu la proposition de Moscou d’inscrire à l’ordre du jour un débat sur cette loi. La Russie, la Chine, l’Afrique du Sud, la République dominicaine et la Guinée équatoriale ont jugé de nécessaire la session consacrée à ce sujet. Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Pologne, la Belgique et l’Allemagne ont voté contre et quatre pays se sont abstenus. Auparavant, les représentants de la France, de l’Allemagne et des États-Unis ont annoncé leur intention de bloquer la réunion, estimant qu’elle était inopportune.

Lors d’une réunion avec des représentants de la Maison-Blanche et du Congrès américain, le Président ukrainien Vladimir Zelensky a appelé à continuer à renforcer les sanctions contre la Russie, selon le service de presse du dirigeant ukrainien. «Je voudrais demander que les États-Unis continuent à renforcer leurs sanctions contre la Russie», a-t-il déclaré. Il a remercié Washington pour «son leadership dans la restauration de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine», ainsi que pour son aide dans la mise en œuvre de réformes internes. «Les États-Unis sont un partenaire puissant et très sérieux pour l’Ukraine, surtout pour surmonter l’agression de la Russie. Nous ne pourrons pas surmonter seuls l’agression russe dans le Donbass et en Crimée. Nous avons donc besoin de votre aide», a déclaré Zelensky.

Le représentant du chef de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido aux États-Unis, Carlos Vecchio, s’est entretenu avec des membres du département d’État des États-Unis et de la Défense américaine, selon son Twitter. «Conformément aux instructions de Guaido, nous déclarons que la réunion prévue aujourd’hui avec le département d’État américain et le Pentagone a déjà eu lieu pour discuter de tous les aspects de la crise au Venezuela», indique le message de Vecchio. Il a également fait savoir que les négociations étaient «très positives». À son tour, Guaido a déclaré que l’opposition vénézuélienne progressait «dans la création d’opportunités et la coopération internationale qui permettront de sortir de la crise et de commencer à reconstruire» le Venezuela.

Les pertes du Venezuela suite au blocus économique des États-Unis de 2015 à 2018 se sont élevées à 130 milliards de dollars, a déclaré mardi à l’AFP Carlos Rafael Faria Tortos, ambassadeur du Venezuela en Russie, lors d’une conférence de presse. «Avec ces fonds, notre pays aurait pu durer neuf ans. Le gouvernement de notre Président, Nicolas Maduro, mène une guerre très inégale contre le pouvoir économique et militaire le plus puissant du monde — qui sont les Etats-Unis», a déclaré le diplomate.

Israël et le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, ont conclu une trêve de six mois, a rapporté le journal israélien The Times of Israel. Pour leur part, les Palestiniens ont promis de mettre fin aux émeutes sur la bande de Gaza et en Israël et de maintenir une zone tampon à 300 mètres le long de la frontière. En échange, Israël élargira la zone de pêche dans la bande de Gaza pour les pêcheurs palestiniens et autorisera également l’importation de médicaments dans l’enclave. Début mai, Israël et la Palestine, par la médiation de l’Égypte, ont conclu un accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Environ 400 législateurs des deux chambres du Congrès américain ont appelé Donald Trump à adopter une nouvelle stratégie concernant la Syrie, qui viserait à éliminer les menaces à la sécurité dans la région, rapporte TASS. La lettre correspondante, signée par des membres des partis républicain et démocrate, a été distribuée par la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. «Le seul choix est de promouvoir des politiques capables de mettre fin aux menaces grandissantes qui pèsent sur les intérêts des États-Unis, d’Israël, de la sécurité et de la stabilité régionales. Cette stratégie nécessite un leadership américain», indique la lettre. Des «espaces non gérés» contrôlés par des terroristes en Syrie menacent les États-Unis et leurs alliés, selon le législateur. Les hommes politiques demandent Trump d’accroître la pression sur l’Iran et la Russie en lien avec leurs activités dans la région.

 
 

Если вы нашли ошибку, пожалуйста, выделите фрагмент текста и нажмите Ctrl+Enter.

Для того чтобы оставить комментарий, регистрация не требуется


Читайте нас на
Присоединяйтесь к нам на нашем канале!

Читайте также:

Наверх Наверх

Сообщить об опечатке

Текст, который будет отправлен нашим редакторам: