Tirs en France

  
0

1.Syrie

Les États-Unis ont élargi la liste des sanctions contre la Syrie, indique une déclaration du Département du Trésor des États-Unis. La liste comprend quatre personnes de nationalité britannique et syrienne, ainsi neuf structures commerciales et la Banque centrale de Syrie. Selon la déclaration du secrétaire d’État Mike Pompeo, le département d’État américain impose des sanctions à l’épouse du Président syrien Asma Assad et à plusieurs de ses proches. Les mesures de restriction ont été introduites à l’encontre du chef du renseignement militaire syrien, le général Kefah Mulham.

2. France.

Trois gendarmes ont été tués par des tirs d’un homme de 48 ans dans le département français du Puy-de-Dôme, relate BFM TV. Un autre fonctionnaire a été blessé. Selon la chaîne de télévision, les gendarmes se sont rendus sur les lieux pour d’éventuelles violences conjugales. Lorsqu’ils ont tenté de s’approcher de la maison, l’homme de 48 ans a ouvert le feu. La femme, que les forces de l’ordre ont tenté d’aider, a réussi à s’échapper. L’attaquant a pu s’enfuir après avoir mis le feu à sa maison, qui a complètement brûlé. Plus tard, le ministre français de l’Intérieur a annoncé sur sa page Twitter que l’auteur présumé avait été retrouvé mort.

3. Turquie — Libye

Suite à un vote, le parlement turc a prolongé le mandat de présence des forces armées turques en Libye. Selon le décret de Recep Tayyip Erdogan, les militaires pourront servir en Libye pendant les 18 prochains mois. Le décret indique que «le cessez-le-feu en Libye n’est pas pleinement respecté». «Il est très important d’empêcher la reprise des hostilités et d’adhérer à la lettre d’accords sous les auspices de l’ONU. Sinon, il y aura une menace pour les intérêts de la Turquie», lit-on par ailleurs le décret.

4. Somalie — États-Unis

Les États-Unis ont débuté le retrait des troupes américaines de Somalie, relate le portail d’information somalien Goobjoog News. Les premières unités des forces armées américaines sont arrivées à bord du navire de débarquement de l’île Makin de l’US Navy situé au large des côtes somaliennes. À noter que le transfert du personnel militaire du continent se poursuit avec le soutien des unités marines arrivant sur les navires. Le nombre du contingent américain en Somalie à évacuer est d’environ 700 soldats. La majeure partie des forces retirées de Somalie sera déployée à la base expéditionnaire navale du Camp Lemonnier à Djibouti, la plus grande base américaine en Afrique, précise le Somali Guardian. En outre, une partie de l’armée américaine sera transportée au Kenya, où se trouvent également des installations américaines.

5. Arménie — Russie

Le chef du parti Arménie lumineuse Edmon Marukyan a déclaré sur sa page Facebook que l’Arménie devrait signer un nouvel accord de sécurité avec la Russie, en y incluant une clause sur la création d’une deuxième base militaire. Cette dernière sera stationnée dans la région de Syunik à la frontière de l’Azerbaïdjan au sud du pays. «La sécurité de la région de Syunik doit occuper une place particulière dans le nouvel accord. À cet égard, nous considérons qu’il est vital d’entamer d’urgence des négociations sur le déploiement d’une nouvelle base militaire russe dans la région de Syunik. La base militaire soutiendra, d’une part, les activités efficaces et dynamiques des forces de maintien de la paix russes au Karabakh, d’autre part, elle sera le garant de la paix et de la sécurité à long terme dans la région», a précisé M.Marukyan. Et de souligner que «l’expérience de la 102e base militaire russe de Gyumri est une garantie de l’efficacité de ce mécanisme de sécurité. Pendant des décennies, cette base a assuré l’inviolabilité de la frontière turco-arménienne». Selon l’homme politique, «un tel document peut être une démonstration de l’amitié séculaire de nos peuples, la protection des valeurs communes, la lutte contre les menaces existantes (la propagation du terrorisme, la rhétorique militante des pays de la région, l’expansion du potentiel militaire des pays voisins, les formations militaro-politiques)».

6. Haut-Karabakh

Le ministre d’État de la République non reconnue du Haut-Karabakh, Grigory Martirosyan, a déclaré dans un entretien accordé à RIA Novosti que les dommages causés à l’économie de la république lors du dernier conflit armé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan étaient comparables au volume du PIB de la république sur plusieurs années. «Cela concerne principalement des domaines tels que l’agriculture, l’énergie», a-t-il précisé. Et de souligner qu’après le récent conflit militaire au Haut-Karabakh, sa population était «au bord d’une crise humanitaire». Les dommages causés par les hostilités ont principalement affecté les infrastructures et la propriété privée des citoyens.

Если вы нашли ошибку, пожалуйста, выделите фрагмент текста и нажмите Ctrl+Enter.


Для того чтобы оставить комментарий, регистрация не требуется


Читайте нас на
Присоединяйтесь к нам на нашем канале!

Читайте также:

ANNA NEWS радио
Наверх Наверх

Сообщить об опечатке

Текст, который будет отправлен нашим редакторам: